Loading...

CHAPITRE IV

T E T R A

“ Qu’il y est des luminaires au firmament du ciel pour séparer le jour de la nuit… ” Genèse 1, 14

QUATRIÈME PRINCIPE

LE PRINCIPE DE POLARITÉ

Les Enseignements hermétiques affirment que la différence qui existe entre deux choses qui paraissent diamétralement opposées n’est qu’une différence de degré.

Ils enseignent que « deux extrêmes peuvent se concilier », que « la thèse et l’antithèse sont identiques en nature, mais différentes en degrés », et que « la réconciliation universelle des pôles opposés peut s’effectuer grâce à la connaissance du Principe de Polarité.

Ainsi La Loi et les lois sont les deux pôles opposés d’une même chose. Il en est de même du Principe et des Principes, de l’Esprit Infini et des Esprits finis.

LE KYBALION

« Qu’il me baise » (Cant. 1:2) : attachement d’amour souffle à souffle.

En effet, quatre souffles se rejoignent et deviennent un.

L’un donne un souffle à son ami et prend le souffle de cet ami auquel il s’est attaché. Il en résulte que son souffle et le souffle de son ami cela fait deux.

Il en va de même chez son ami.

Quatre souffles en résultent donc qui s’unissent ensemble dans ces baisers. « Des baisers de sa bouche » ( Cant. 1:2 ) : de ces baisers d’en haut qu’Il avait donnés auparavant.

Car en effet, l’amour de joie ne procède que des baisers du Souffle d’en haut dans celui d’en bas.

Zohar, sur le « Cantique des cantiques »

DU SOUFFLE DU COMPATISSANT

parallax layer

PAVAGE SOUFFI ET SON INTERPRÉTATION

SOUFFLE DU COMPATISSANT

RESSEREMENT

FORME

DILATATION

SUR LA SYMBOLIQUE DU QUATRIÈME NOMBRE

“Bien que Dieu aime à demeurer dans le nombre ternaire impair, ce n’est que dans le quaternaire qu’il s’épanouit vraiment et profondément en toutes choses, et c’est ainsi qu’il finit par pénétrer le sensible, qui est intelligible.”

Giordano Bruno

L’emploi de quatre éléments engendre la forme au centre de cet ouvrage et un symbolisme généralement associé aux fonctions couvertes par « le vent », à entendre comme synonyme de « souffle divin« .

Sa fonction dans la quête d’inspiration (la seconde naissance) est comparable à celle de la porte primordiale.

«Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.

La terre était déserte et vide, et la ténèbre à la surface de l’abîme ; le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.»

(Gen : 1 ; 1)

4 ème lettre de l’alphabet Hébraïque :

Dalet (la porte)

La Torah et la noix :

Rabbi Azaria et Rabbi Ezéchias montaient à Jérusalem pour une fête de pèlerinage. L’ânier qui menait les ânes derrière eux était avec eux. Rabbi Azaria dit à Rabbi Ezéchias : As-tu entendu quelque chose à propos de ce verset : « Je suis descendu dans le jardin des noyers pour voir les jeunes pousses du ravin » (Cant. 6 :l l ). Les paroles de la Torah sont comparées à une noix, de quelle façon ? Il lui dit : De même que la noix a une coquille à l’extérieur et un noyau à l’intérieur, ainsi sont les paroles de la Torah, elles comportent : – 1° action (maasseh), – 2° explication (midrach), – 3° récit (hagadah) et – 4° secret (sod) à l’intérieur l’un de l’autre.

Ci-dessus l’arbre des séphirots et ces quatre champs de réalités.

Le premier commandement comprend Quatre injonctions : « … De tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit. »

La préche du Bouddha commence par énoncer Quatre nobles vérités.

Le tétraèdre : premier polyèdre régulier réalisable ;

Quatre faces triangulaires et équilatérales et six arêtes.

Parmis les cinq corps platonicien il est le seul à ne pas avoir de réciproque (hormis lui même).

Selon la Tétractys pythagoricienne quatre est le signe du retour à l’unité.

1+2+3+4 = 10 = 1+0 = 1

“Va de l’unité au quadruple et tu as le dix, la source et la racine de toutes choses.”

D‘après Pythagore, le spectre entier des possibilités de ce monde serait contenu dans le chiffre quatre.

Symboliquement le tétraèdre est l’union du crée et du non crée.

TETRAGRAMME ET SENS

4 est le premier ordre pair pair.

Dieu a placé son nom dans l’homme :

les quatre âmes.

Viens et vois : tout ce que le Saint béni soit-il a créé dans son monde, il ne l’a créé que pour sa gloire, comme il est dit.: « Qui est appelé de mon nom je l’ai créé pour ma gloire, Je l’ai formé, Je l’ai même façonné (Is.43:7).

Le Saint, béni soit-il, créa l’homme dans le monde et déposa en lui son nom YHVH. Hé (5) c’est l’âme (nefech). Vav (6) c’est l’esprit (rouah). Hé (5) est appelé respir (nechama). Yod (10) est le respir du respir.

Il dénomma ces [entités] : Yod Hé, père et mère ; Vav Hé, fils et fille.

De la même façon qu’il créa esprit et âme de sainteté, il créa esprit et âme du côté gauche. De la même façon que le vin est sur sa lie, l’esprit et l’âme intellective sont sur l’esprit et l’âme animale. Pourquoi celle-ci est-elle appelée animale ? Parce qu’elle provient de Samaël et du Serpent qui sont mâle et femelle.

A ce sujet le roi Salomon dit avec sagesse : « Qui sait si l’esprit des fils de l’homme monte là-haut et si l’esprit de l’animal descend en bas vers la terre ? » (Ecc. 3:21).